Une femme aurait volé des millions de dollars au jardinier

In les nouvelles cette semaine, un jardinier de Durban en Afrique du Sud aurait été escroqué d’un héritage de millions de R58 (environ £ 4.03).

À la mort de Charlotte Davies à 2012, son jardinier a été surpris d'apprendre qu'elle avait légué la plus grande partie de son domaine à son voisin, Adline Pillay, et qu'il ne lui avait laissé que R600,000. Mme Davies n'avait pas d'enfants ni de parents vivants en Afrique du Sud et son mari était décédé des années avant elle. Un autre voisin l'a décrite comme une recluse dont le seul contact humain régulier était son jardinier, Sabelo Mdlovu.

Une enquête policière d'une durée de quatre ans a inclus des enquêtes sur des relevés bancaires, des comptes à l'étranger et l'utilisation d'experts pour analyser l'écriture manuscrite. En conséquence, Pillay et ses avocats, Rodney Reddy et P. Ramjathan, ont comparu jeudi dernier devant le tribunal de la criminalité commerciale de Durban pour répondre des accusations de fraude, de falsification, de vol et de blanchiment d’argent.

Produit du crime

Ils ont été arrêtés le jour même où l'unité de confiscation d'actifs (AFU) avait demandé à attacher une propriété d'un million de R5.8 dans la banlieue huppée de La Lucia et à geler plus d'un million de R2.3 détenus sur un compte Standard Bank. L'AFU prétend que les biens et l'argent sont des produits du crime.

Le directeur adjoint des poursuites pénales a déposé un avis de requête indiquant que Pillay, avec l'aide de ses avocats, aurait falsifié le testament de Mme Davies afin qu'elle puisse hériter de son patrimoine de plusieurs millions de rands.

Mdlovu a porté les accusations contre Pillay avec l'aide d'un avocat appelé Zondagh, qui a pu retrouver une ancienne signature de Mme Davies. Un expert en écriture a ensuite prétendu que la signature 2008 ne correspondait pas au testament où Pillay avait été nommé exécuteur testamentaire de la succession de Mme Davies.

Zondagh a déclaré au Daily News d'Afrique du Sud que Mdlovu l'avait approché dans 2014 car il ne pouvait pas s'empêcher de penser qu'il avait été escroqué. C’était lui qui avait découvert la mort de Mme Davies, étant venu travailler pour 15 September, 2012 et n’ayant reçu aucune réponse après avoir frappé à plusieurs reprises à la porte. Son testament a été découvert dans un coffre-fort de la maison et Pillay et Mdlovu se sont rendus chez Rodney Reddy & Associates, la firme qui avait préparé le testament. Le document avait été signé en 2010.

[Volonté manquante? Finders International offre manque d'assurance testament via Aviva pour se protéger contre un testament se présentant dans les cas d'intestations.]

Analyse de signature

Un expert médico-légal employé par la police a analysé les signatures que Mme Davies avait écrites en 2008 et, au même moment, elle aurait signé le testament et concluait qu'il était faux.

Dans ce testament, Pillay avait été nommé exécuteur testamentaire et Mdlovu devait recevoir R600,000 pour payer les études de ses enfants. Le reste de la succession est allé à Pillay. Jeudi, à la cour, Pillay, Reddy et Ramjathan ont été libérés sous caution pour R2,000. Le procès devant le tribunal de la criminalité commerciale commencera le février 4.